« Derrière lui, comme troublée par ces réflexions, Roslin tressaille, gémit, s’agite, puis redevient silencieuse, et il se tourne à nouveau vers la fenêtre. Londres, celui où il se sent chez lui, est ouvert à tous les vents, impossible à défendre, et attend sa bombe comme une centaine d’autres villes. Les heures de pointes seraient le meilleur moment. […] Les autorités sont d’accord, un attentat est inévitable. Il vit une ère radicalement nouvelle — ce n’est pas parce que les journaux le disent que c’est faux. Mais du sommet de sa journée, l’avenir est plus difficile à déchiffrer, l’horizon rendu indistinct par la multiplicité des possibles. »

Ian, McEwan, Samedi, p. 346.