« La dernière image du film de ma vie avait été celle de l’érection de cette tour. Puis de son effondrement. »

Mélanie Gélinas, Compter jusqu'à cent, p. 153.