Comptes-rendus

110storiesbook1.jpg
25 août 2008

110 Stories : New York Writes After September 11

Par Jean-François L...

Ulrich Baer est professeur de littérature allemande à l'Université de New York et auteur de plusieurs essais sur la poésie (notamment celle de Rainer Maria Rilke). Devant le flot de publications de tous genres (essais, articles de journaux, textes d'opinion, témoignages, etc.) ayant immédiatement suivi les attentats, Baer n'a pas manqué de constater la quasi-absence des auteurs de fiction. Avec le recueil de textes 110 stories, son but était donc de remplir ce vide. Moins d'un an après la chute des tours, la parution du livre est venue donner une voix aux écrivains de prose et de poésie de la ville de New York. Dans son introduction, Baer écrit que New York est, entre autres choses, une ville d'écrivains dont la somme des langages est à l'image de la ville : polyglotte, métissée, cosmopolite. Comme le titre (un jeu sur la polysémie du mot stories, désignant à la fois une histoire et un étage) l'indique, le recueil offre cent dix histoires en réponse aux cent dix étages des tours disparues.

Dossiers

3 avril 2013

Conversation avec Steve Giasson autour de son exposition 11 (Centre des arts actuels Skol, 7 septembre – 6 octobre 2012)

Par Stéphan Hyronde
L’exposition intitulée II [Eleven], conçue par l’artiste multidisciplinaire montréalais Steve Giasson, s’est tenue à l’automne dernier au Centre des arts actuel Skol, à Montréal, du 7 septembre au 6 octobre 2012. Les productions de cet artiste, comme celles de cette récente exposition, se situent au croisement de l’art conceptuel, de la littérature conceptuelle, de l’art plastique. Dans le cadre circonscrit du Centre Skol, Steve Giasson a pris pour matière et pour thème un ensemble de répercussions, documentaires ou fictionnelles, soit issues des attentats new-yorkais du 11 septembre 2001, soit en correspondance thématique avec un tel geste de destruction.
L’appropriation et la saisie de ces répercussions, notamment dans l’œuvre principale présentée, ne nous placent certes, au travers d’archives se rapportant à des archives de l’événement, qu’indirectement au contact de celui-ci.