Comptes-rendus

Arikanli.jpg
17 septembre 2008

Amrikanli, un automne à San Francisco

Par Jean-François L...
Ressource bibliographique: 

À l'automne 1998, un professeur en histoire comparée de l'Université du Caire déambule à travers les rues de San Francisco. Invité à venir enseigner pour un semestre par un collègue ayant quitté l'Égypte, son immersion dans la société américaine ne se fait pas sans difficulté. À travers ses yeux d'étrangers, le lecteur est plongé dans un sentiment d'étrangeté familière : il entre « pour la première fois » en contact avec un paysage quotidien, celui de l'Amérique et de ses paradoxes. Au moment où le scandale Clinton/Lewinski inonde l'espace médiatique, il tente de trouver ses repères, en acceptant néanmoins toutes les expériences en bloc, comme l'essai peu concluant d'un «peep-show» à 50¢ ou la lecture de la chronique « Sexualité » du journal local où un jeune homme raconte ses déboires dans l'exploration de son homosexualité. Son regard est celui d'un observateur froid, impassible et détaché.

Dossiers

3 avril 2013

Conversation avec Steve Giasson autour de son exposition 11 (Centre des arts actuels Skol, 7 septembre – 6 octobre 2012)

Par Stéphan Hyronde
L’exposition intitulée II [Eleven], conçue par l’artiste multidisciplinaire montréalais Steve Giasson, s’est tenue à l’automne dernier au Centre des arts actuel Skol, à Montréal, du 7 septembre au 6 octobre 2012. Les productions de cet artiste, comme celles de cette récente exposition, se situent au croisement de l’art conceptuel, de la littérature conceptuelle, de l’art plastique. Dans le cadre circonscrit du Centre Skol, Steve Giasson a pris pour matière et pour thème un ensemble de répercussions, documentaires ou fictionnelles, soit issues des attentats new-yorkais du 11 septembre 2001, soit en correspondance thématique avec un tel geste de destruction.
L’appropriation et la saisie de ces répercussions, notamment dans l’œuvre principale présentée, ne nous placent certes, au travers d’archives se rapportant à des archives de l’événement, qu’indirectement au contact de celui-ci.