Comptes-rendus

Direct.png
13 septembre 2007

Direct

Par Éric Giraud
Ressource bibliographique: 
Direct est le troisième livre d’un tryptique [In Situ (1999) ,Shot (2000)] portant sur le rapport à l’image et sur le traitement de l’information par les médias. Le texte part des flash infos diffusés à la télévision lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Il consiste en un montage de prélèvements des énoncés journalistiques et des témoignages diffusés ce jour-là à la télévision, « remixés » et peu à peu recomposés par un travail de détournement d’auteur. Le livre est composé de trois parties se différenciant par leur mise en page. La première partie porte principalement sur les avions percutant les tours prend la forme d’énoncés découpés comme des vers, d’abord centrés en bas de page, puis justifiés en haut et à gauche de la page. La deuxième partie dissémine sur la page des témoignages d’individus ayant assisté à l’événement. La troisième partie reprend la justification en bas de page centrée de la première partie et les commentaires journalistiques sur les images de l’événement.

Dossiers

3 avril 2013

Conversation avec Steve Giasson autour de son exposition 11 (Centre des arts actuels Skol, 7 septembre – 6 octobre 2012)

Par Stéphan Hyronde
L’exposition intitulée II [Eleven], conçue par l’artiste multidisciplinaire montréalais Steve Giasson, s’est tenue à l’automne dernier au Centre des arts actuel Skol, à Montréal, du 7 septembre au 6 octobre 2012. Les productions de cet artiste, comme celles de cette récente exposition, se situent au croisement de l’art conceptuel, de la littérature conceptuelle, de l’art plastique. Dans le cadre circonscrit du Centre Skol, Steve Giasson a pris pour matière et pour thème un ensemble de répercussions, documentaires ou fictionnelles, soit issues des attentats new-yorkais du 11 septembre 2001, soit en correspondance thématique avec un tel geste de destruction.
L’appropriation et la saisie de ces répercussions, notamment dans l’œuvre principale présentée, ne nous placent certes, au travers d’archives se rapportant à des archives de l’événement, qu’indirectement au contact de celui-ci.