Comptes-rendus

15 juin 2008

Je rien Te deum

Par Julie Bramond
Ressource bibliographique: 

Bone se lave les mains dans un lavabo d’une des tours du World Trade Center quand cette dernière est frappée par l’un des deux avions, «la belle horreur», dit-il. À partir de ce moment, Bone va vouloir s’échapper mais pas par l’ascenseur ou l’escalier, il veut trouver une autre issue, «un fil pour sortir de là, autrement». Le lecteur sera transporté dans l’esprit de Bone, au gré de ses idées, des digressions auxquelles il s'adonne de manière fragmentée et évasive. Le lecteur sera le spectateur des dernières pensées de Bone qui vont tout d’abord à Clue, l’être aimé. L'anticipation de la mort amène le souvenir charnel de l'être aimé et le désir d'être avec lui à ce moment précis. Bone prendra ensuite conscience de toutes les choses qu’il ne dira plus ou qu’il ne fera plus, des choses ordinaires comme lavabo et Coca Cola, des choses incongrues comme chrysolithe et enfin des mots symboliques que deviendront World Trade Center.

Dossiers

3 avril 2013

Conversation avec Steve Giasson autour de son exposition 11 (Centre des arts actuels Skol, 7 septembre – 6 octobre 2012)

Par Stéphan Hyronde
L’exposition intitulée II [Eleven], conçue par l’artiste multidisciplinaire montréalais Steve Giasson, s’est tenue à l’automne dernier au Centre des arts actuel Skol, à Montréal, du 7 septembre au 6 octobre 2012. Les productions de cet artiste, comme celles de cette récente exposition, se situent au croisement de l’art conceptuel, de la littérature conceptuelle, de l’art plastique. Dans le cadre circonscrit du Centre Skol, Steve Giasson a pris pour matière et pour thème un ensemble de répercussions, documentaires ou fictionnelles, soit issues des attentats new-yorkais du 11 septembre 2001, soit en correspondance thématique avec un tel geste de destruction.
L’appropriation et la saisie de ces répercussions, notamment dans l’œuvre principale présentée, ne nous placent certes, au travers d’archives se rapportant à des archives de l’événement, qu’indirectement au contact de celui-ci.